EMDR-DSA

Cet outil permet l »amélioration de l’intégration émotionnelle particulièrement chez la clientèle atteinte d’un trouble de stress post-traumatique, basé sur l’intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires ou plus couramment EMDR, d’après l’anglais eye movement desensitization and reprocessing. l’EMDR-DSA (Desensibilation par Stimulation Alternée) ouvre la pratique vers d’autres problématiques que le trouble de stress post-traumatique, telles que : anxiété, dépression, souvenirs perturbateurs, problèmes relationnels, dépendances, troubles alimentaires, etc.

Qu’est-ce que l’EMDR-DSA?

Il s’agit d’une approche permettant de diminuer la détresse associée à des souvenirs perturbateurs, de «digérer» de vieux souvenirs ou traumas ayant encore un impact au moment présent.

Après plusieurs études, il apparaît aujourd’hui qu’un des ingrédients actifs de cette approche serait la stimulation bilatérale, qui peut se faire également par d’autres moyens (par exemple : son entendu dans chaque oreille, vibrations dans les mains; le tout en alternance d’un côté à l’autre). L’EMDR-DSA se fait donc à l’aide de la stimulation bilatérale (Visuelle, Kinésthésique ou Auditive) et en évoquant les souvenirs cibles ou l’émotion.

Comment l’EMDR-DSA fonctionne?

En temps normal, le cerveau arrive à digérer les événements vécus. L’individu peut alors se rappeler avoir vécu un moment très difficile, mais lorsqu’il se le remémore, il ne revit pas les mêmes émotions intenses et n’en est pas perturbé.

Or, il arrive que certains événements ne soient pas suffisamment bien traités par le cerveau. Les images, souvenirs, odeurs, sensations, pensées négatives, etc. sont alors «imprimés» dans la mémoire sans être modifiés/intégrés. Au moment présent, la personne qui repense à un événement, de façon volontaire ou non, peut alors ressentir la même intensité émotionnelle que lors de l’événement, le «revivre» avec les mêmes sensations, émotions, odeurs, etc.

L’objectif de l’EMDR est donc d’aider le cerveau à reprendre son travail, c’est-à-dire digérer le souvenir et intégrer de l’information adaptative, afin de se libérer de la charge émotionnelle qui n’est plus adaptée au moment présent.

Ainsi, l’individu qui passe au travers du processus thérapeutique en vient à être capable d’évoquer le souvenir traumatique, sans que cela n’entraîne des émotions intenses ou des perturbations chez lui. Le souvenir devient en quelque sorte dénudé de son intensité émotionnelle et s’imprime dans la mémoire autobiographique.

Une session type

Les séances de thérapie EMDR-DSA s’étalent sur plusieurs semaines, après une ou deux rencontres initiales visant à évaluer le client et mettre en place un accompagnement personnalisé. Leur nombre diffère selon la nécessité du patient. Chaque séance dure de 60 à 80 minutes.

Pendant la séance, le client et son praticien travaillent ensemble à mettre en lumière les difficultés qu’il est nécessaire de neutraliser. Le client doit donc évoquer toutes les images, pensées, sensations et émotions liées à son traumatisme, pendant que le praticien utilise la stimulation oculaire afin d’aider le cerveau de son client à assimiler l’information.

Pendant qu’il effectue des mouvements oculaires, le client ne doit pas analyser la situation, mais seulement évoquer les sensations telles qu’elles lui parviennent, sans jugement et sans effort. Au fur et à mesure du processus, la détresse liée à l’évocation du souvenir traumatique diminue peu à peu, ce qui permet d’apaiser les pensées et les émotions. Celles-ci se transforment habituellement petit à petit jusqu’à créer un sentiment d’acceptation face à ce qu’on a vécu.

Possibilités d’accompagnement

L’accompagnement émotionnel en EMDR-DSA permet de « digérer » plusieurs sortes de traumatismes :

  • Chocs liés à des expériences vécues
  • Crises de panique
  • Deuils
  • Phobies
  • Anxiété
  • Dépendances
  • Troubles alimentaires
  • Stress
  • Troubles de la personnalité
  • Etc.